Les hémorroïdes peuvent être causées par des efforts excessifs lors du passage des selles ou par des conditions telles que la grossesse ou l’obésité. Aussi frustrantes que puissent être les hémorroïdes, même les scientifiques ne savent pas très bien pourquoi certaines personnes les développent et d’autres non. Ce que nous savons, c’est que certains facteurs peuvent augmenter le risque d’une personne. Certaines, telles que la tendance à être constipées, sont modifiables, tandis que d’autres, telles que la génétique et l’âge, ne le sont pas.

Quelle est la tranche d’âge la plus exposée ?

Les hémorroïdes affecteront trois personnes sur quatre à un moment ou à un autre de leur vie. Alors que les adultes âgés de 45 à 65 ans sont les plus exposés, les hémorroïdes peuvent toucher des personnes beaucoup plus jeunes, souvent sans explication.

Les adultes de 45 à 65 ans sont exposés aux hémorroïdes.

Les hémorroïdes sont le plus souvent associées aux problèmes de transit intestinal, dont :

  • la constipation chronique
  • la diarrhée
  • des difficultés à passer les selles
  • des séjours prolongés dans les toilettes

Chacune de ces affections peut affecter les vaisseaux sanguins situés dans ce que l’on appelle le coussin hémorroïdaire. Il s’agit d’une structure interne du canal anal qui est composée de tissus conjonctifs, de muscles lisses et de vaisseaux sanguins appelés sinusoïdes.

Le mode de vie peut-il être un facteur de risque ?

Les personnes déshydratées et celles qui boivent moins de huit verres d’eau par jour peuvent développer une constipation qui peut conduire au développement d’hémorroïdes. Une diète faible en fibre a également le même effet. Les fibres alimentaires sont essentielles à la santé digestive. Les personnes ayant un régime pauvre en fibre, c’est-à-dire une diète qui contient moins de 25 à 30 grammes de fibres par jour, ont un risque accru de constipation.

Ceux qui sont inactifs physiquement peuvent être sujets à une perte générale du tonus musculaire, y compris celui des muscles ano-rectaux. Cela peut aussi affecter la motilité gastro-intestinale, entraînant parfois des crises alternées de diarrhée et de constipation.

Les personnes qui consomment régulièrement certains types d’aliments sont plus susceptibles à la constipation. Au nombre de ces aliments, on compte :

  • le fromage
  • les chips
  • les fast-foods
  • la crème glacée
  • les aliments transformés
  • la viande rouge

Quelles maladies peuvent augmenter votre risque d’hémorroïdes ?

Les personnes qui souffrent de certaines affections sont plus susceptibles de développer des. Celles-ci comprennent :

  • une blessure anale
  • l’ascite (accumulation de liquide dans la cavité abdominale)
  • les maladies inflammatoires de l’intestin, telles que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse
  • l’obésité
  • un prolapsus rectal

La grossesse est-elle un facteur de risque ?

Les femmes enceintes sont plus susceptibles à cette pathologie. La pression exercée par le poids du bébé peut contribuer à son développement, de même que les changements hormonaux qui peuvent également provoquer un gonflement excessif des vaisseaux sanguins.

Pendant la grossesse, l’augmentation de la taille de l’utérus peut exercer une pression sur la veine cave inférieure. Cette pression gêne la circulation du sang dans le cœur et provoque la dilatation des vaisseaux du coussin hémorroïdaire et de ceux qui sont situés sous l’utérus.

L’accouchement peut aussi exercer une tension supplémentaire et conduire au développement d’hémorroïdes après l’accouchement. On estime qu’environ 35% des femmes développent des hémorroïdes au cours de leur grossesse. Le risque augmente à chaque nouvelle naissance.

Hémorroïdes et grossesse
Durant la période allant de la grossesse à l’accouchement, les femmes ont un risque accru aux hémorroïdes.

La génétique

La génétique peut également jouer un rôle dans le développement des hémorroïdes. Un exemple de ce type est une maladie héréditaire appelée syndrome d’Ehlers-Danlos (EDS). Le manque de collagène qu’induit ce syndrome, peut entraîner une altération des tissus du plancher pelvien.

Les hémorroïdes sont un symptôme courant de cette affection et peuvent parfois préfigurer une complication plus grave appelée prolapsus rectal. Au cours de cette affection l’intestin sort partiellement ou complètement hors du corps. L’absence de valves dans les veines hémorroïdaires est un autre défaut, qui peut conduire à une pression vasculaire excessive et à un gonflement.

Nos services

A la Clinique Lambert, nous donnons la priorité aux patients pour des soins de qualité. Nous offrons des soins sur rendez-vous et sans rendez-vous pour une assistance médicale rapide. Nous prenons en charge toutes les affections proctologiques et les troubles digestifs; y compris les hémorroïdes et les affections de l’anus, du rectum, du côlon, des intestins, du foie, de l’estomac et de l’œsophage. Notre équipe médicale est constituée de médecins ayant de nombreuses années d’expérience et une formation spécialisée dans la prise en charge de ce type de situations.

Pour en savoir plus sur les soins et traitements que nous proposons :


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *